Manger au travail ou en cours...

Troubles du comportement alimentaire, dépression, trouble de la personnalité limite, etc.
Avatar de l’utilisateur
SR-o
Messages : 588
Inscription : Ven 29 Fév 2008, 21h14
Localisation : Rhône

Manger au travail ou en cours...

Messagepar SR-o » Mar 16 Sep 2008, 00h36

Un des truc qui m'a surement le plus détruit au niveau de l'alimentation, outre la qualité merdique de la bouffe servie dans les collèges et lycée, c'est le temps disponible pour manger.
Au collège je mangeais en 15 min, au lycée en 10 min et en bts pareil, quand a mes stages dans la recherche, c'était pareil, manger rapidement ou alors juste un sandwich.
Tout ça a contribué au faite qu'a l'heure actuel, il m'est impossible de manger lentement, je mange rapidement a un point tel que je n'arrive pas a manger beaucoup, comme si je devais vite tout finir, impossible de ralentir. Même au resto, j'engloutis mes plats rapidement, si bien que dès l'entrée, je n'ai plus vraiment faim...

C'est très mauvais, et c'est en grande partie la faute au self du collège et surtout du lycée...
suicide.fr.nf
Le pire c'est que je sais que je mourrai triste...

Image

Avatar de l’utilisateur
Ysilne
Administrateur
Messages : 6246
Inscription : Mer 19 Mai 2004, 04h26
Contact :

Messagepar Ysilne » Mar 16 Sep 2008, 18h31

Moi c'est pas tellement le temps disponible, c'est le contexte.
Manger à la cantine au lycée (et aussi au restau-U apres), je detestais. C'etait me retrouver seule au milieu de plein de monde, dans un lieu que je detestais, avec des eleves/etudiants que j'aurais voulu fuir. Alors j'ai mangé de plus en plus vite, puis commencé à sauter des repas....
La douleur qui se tait n'en est que plus funeste.
RAC. Androm. III, 3.

Avatar de l’utilisateur
SR-o
Messages : 588
Inscription : Ven 29 Fév 2008, 21h14
Localisation : Rhône

Messagepar SR-o » Mar 16 Sep 2008, 20h37

Ysilne a écrit :Moi c'est pas tellement le temps disponible, c'est le contexte.
Manger à la cantine au lycée (et aussi au restau-U apres), je detestais. C'etait me retrouver seule au milieu de plein de monde, dans un lieu que je detestais, avec des eleves/etudiants que j'aurais voulu fuir. Alors j'ai mangé de plus en plus vite, puis commencé à sauter des repas....
toi ton problème c'était plutôt ta capacité à être sociable, c'est le contacte des autres qui te posait problème.
J'ai une copine qui était aussi dans ce cas la, mais moi au contraire le contacte avec les gens ça ne me dérange pas, bien au contraire, je fait souvent le premier pas vers les autres.
suicide.fr.nf

Le pire c'est que je sais que je mourrai triste...



Image

Avatar de l’utilisateur
Yamael
Messages : 2142
Inscription : Sam 09 Sep 2006, 13h53

Messagepar Yamael » Mar 16 Sep 2008, 21h14

Pour moi, c'est un peu pareil qu'Ysilne. Manger à la cantine, au milieu des autres, je pouvais pas. Manger au resto U, maintenant, je peux pas non plus. Au collège-lycée, je sautais le repas de midi pour y échapper. Aujourd'hui je ne suis pratiquement plus capable d'avaler quelque chose à midi. Et rien que le fait de savoir que c'est "l'heure du repas", que tous se ressemblent dans les cafet' et le resto U... Argh, horreur, même si je n'y mets pas les pieds, même si je n'y mange pas.
I will swallow
If it will help my sea level go down
But I'll come back to haunt you if I drown

Avatar de l’utilisateur
SR-o
Messages : 588
Inscription : Ven 29 Fév 2008, 21h14
Localisation : Rhône

Messagepar SR-o » Mer 17 Sep 2008, 00h26

En gros le rapport aux autres vous a donc détruit au niveau alimentaire ?
suicide.fr.nf

Le pire c'est que je sais que je mourrai triste...



Image

Avatar de l’utilisateur
Yamael
Messages : 2142
Inscription : Sam 09 Sep 2006, 13h53

Messagepar Yamael » Mer 17 Sep 2008, 00h56

Au niveau alimentaire et à tous niveaux, je crois.
Mais pour rester dans le sujet, oui, mon rapport aux autres a grandement conditionné mon rapport à la nourriture, mais l'inverse est vrai aussi. Ma hantise à l'idée de manger en présence d'autres personnes ou de voir d'autres mangé m'a fait fuir davantage lesdits autres, de peur qu'on me "force" à manger ou à assister au repas des autres (ce que je supporte difficilement également).
Ca s'auto alimente.
I will swallow
If it will help my sea level go down
But I'll come back to haunt you if I drown

HCI

**édité**

Messagepar HCI » Mer 17 Sep 2008, 17h36

**édité veuillez m'excuser je n'ai pas ma place ici***

Pour moi c'était un peu pareil, le rapport aux autres, les repas..je filais en douce. J'sais pas trop si je pouvais répondre. Je suis embarrassée.

Avatar de l’utilisateur
Demoiselle
Messages : 293
Inscription : Mar 16 Jan 2007, 17h43
Localisation : Prisonnière de mes pensées

Messagepar Demoiselle » Jeu 18 Sep 2008, 20h56

cette habitude de manger sur le pouce... la meme, en 10 min, entrée-plat-dessert compris. A la fin, j'étais comme une idiote à attendre que les autres aient fini (à la maison aussi).
Maintenant je remange un peu (bah ouais quelques kilos en trop) ca se prend forcément d'une seule manière) sauf que je grignote tout le temps. Le contraire d'il y a deux ans. Où je ne me nourrissais que... en gros... d'une entrée par jour .
L'année dernière, je n'hésitais pas à sauter des repas, pour bosser, la flemme de faire 45 min de queue au lycée. Meme si j'avais faim. J'ai appris à ne plus écouter. Maintenant, je mange chez une amie (mon garde manger attitré) mais vu qu'elle a la flemme de manger, je fais pour elle et moi, comme ça, je mange.
Ou alors, j'essaye constamment d'inviter des gens à manger chez moi. Tout le temps. Parce qu'en plus j'ai l'impression que mes amis ne viendraient pas sinon.

HS terminé
Si seulement je n'avais oublié d'exister


Revenir vers « Troubles associés »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron