Article sur les endorphines

Ici vous pouvez discuter de tout ce qui concerne directement l'automutilation, mais aussi de ce qui n'a pas sa place ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
KaJaGooGoo
Messages : 270
Inscription : Mer 09 Juin 2004, 20h47
Contact :

Article sur les endorphines

Messagepar KaJaGooGoo » Sam 04 Juin 2005, 12h06

En espérant que ça n'intéresse pas que moi :mrgreen:

Découverte dans les années 1970, l'endorphine est une substance endogène produite naturellement par notre corps qui déclenche les mêmes effets que la morphine. Ses effets sont des plus agréables : relaxation, anesthésie contre la douleur et l'anxiété. Libérée en forte quantité, elle peut aussi développer un sentiment d'euphorie, de puissance et de grâce. Les coureurs de fond parlent même "d'extase", une sensation proche de celle éprouvée par la prise d'opiacées et de drogues. A une différence près... cette substance naturelle libérée par notre cerveau est des plus bénéfiques !
"Les endorphines sont des messagers chimiques qui permettent à l'organisme de garder son équilibre. Tout stress, toute situation exigeant de rester en alerte, entraîne une augmentation de notre sécrétion d'endorphines. Cet apport procure du plaisir, réconforte, calme la douleur et l'angoisse."
Il est possible d'obtenir des états similaires en absorbant des substances externes dont la structure moléculaire est proche de celle des endorphines. Drogues, tabac, alcool, voire dans une moindre proportion certains aliments comme les graisses et le chocolat, déclenchent une sensation de bien-être plus ou moins forte.
"Mais le problème est qu'en déclenchant artificiellement la sécrétion d'endorphines, on crée une dépendance. L'équilibre du cerveau se trouve fragilisé, la fabrication naturelle est ralentie et le mal-être s'installe. C'est le début d'un cercle vicieux. "
Inversement, on peut entrer dans une tout autre dynamique en compensant ce manque par des activités physiques.
"On conseille aux personnes un peu déprimées ou aux anciens fumeurs de se remettre à une activité physique régulière, notamment parce que celle-ci augmente naturellement la production d'endorphines. En fait, plus on fait de sport, plus on ressent un sentiment de plénitude, plus on produit d'endorphines et plus on éprouve de plaisir... et donc, le désir de continuer. C'est ce qu'on pourrait appeler un cercle vertueux."
Les sports les plus producteurs d'endorphines sont les sports d'endurance : jogging, vélo, natation, marche à pied à rythme soutenu, aérobic, mais aussi toutes les activités dites "à effort fractionnés" comme l'athlétisme, le basket ou le football. Pendant l'effort, la quantité produite augmente régulièrement pour atteindre jusque 5 fois les valeurs au repos, 30 minutes à 45 minutes après l'arrêt de l'effort.
"Le taux d'endorphine est directement lié à l'intensité et à la durée de l'exercice. Il ne suffit pas de courir pour goûter aux endorphines, il faut maintenir l'effort pendant au moins une demi-heure en gardant un rythme confortable, c'est-à-dire en pouvant tenir une conversation. C'est à la portée de tous."

Les paroles entre guillemets sont les propos de docteur machin qui a sorti un livre sur le sujet, mais je suis pas trop publicitaire dans l'âme alors j'ai fait une petite ellipse sur les didascalies comme "ajoute docteur *****, auteur de *******, 45 euros, en vente dans toutes les bonnes boucheries."

J'arrête pas de penser à refaire du sport, j'ai pas pu cette année par manque de temps, et cet article m'y motive encore plus :)
Leçon quotidienne de retenue : songer, ne fût-ce que la durée d'un éclair, qu'un jour on parlera de nos restes. [Emile Cioran]

Site | DA Gallery

Revenir vers « Principal »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités

cron